Détails de l'évènement

  • Le 22/10/2017 de 09h00 à 17h00

Après Oiso en 2014, Chigasaki et Kamakura en 2015 et les frères de la charité en 2016 et Tokorozawa en juin 2017: visite du couvent des carmélites de Chofu
 
- Messe à 10h00 , suivie d’une courte visite au parloir
- Visite à la boutique (magnifiques images de la sainte vierge en kimono)
- Pique-nique dans le monastère.
- Nous pourrons profiter de l'après-midi si le temps le permet pour visiter le Temple Jindaji, l'un des plus anciens temples de Tokyo, et le quartier Edo
 
L'Ordre du Carmel

Fondé sur le mont Carmel en Palestine à la fin du XIIe siècle, les premiers Carmes quittèrent leurs ermitages au début du XIIIe siècle pour se réfugier en Europe.
Après bien des tribulations, l'ordre érémitique se transforma en ordre monastique. Il connaît de nombreuses réformes dont la plus marquante est celle instituée 
au XVIe siècle par Sainte Thérèse d'Avila, dont nous fêterons bientôt le 500e anniversaire (plus d'information sur sa vie sur notre site, plus bas sur cette page). L'Ordre du Carmel est un ordre contemplatif.
Au Japon, les Carmélites arrivèrent de France en tant que Missionnaires en 1933. Il existe aujourd'hui neuf Carmels féminins au Japon. Celui de Chofu date de 1959.
Lire article illustratif des archives des MEP.


Au Carmel de Chofu, nous découvrirons les Vierges représentées dans la tradition japonaise des "kakejiku" par les Soeurs : visage, habillement, décor, importance des saisons...

 

Adresse du Carmel :
カトリック・カルメル会修道院
Tōkyō-to, Chōfu-shi, Jindaiji Motomachi, 3 Chome−27
東京都調布市元町深大寺3-27
 
Adresse du parking le plus proche 3 Chome-37 Jindaiji Motomachi Chofu
et numéro de téléphone du parking pour programmer votre GPS / car navi : 042-484-8141

 

Le Carmel se trouve à 1,8 km au nord de la gare de Chofu.

Accès : 
en métro : Arrivée par la gare de Chofu située à 16 minutes de Shinjuku sur la Keio line.

     - Nous vous recommandons de nous retrouver dans la voiture 5 des trains de Shinjuku
(Keio line) de 9h00 (voie 3) ou 9h12 (voie 2).
     - Une fois à la gare de Chofu, sortir par la Central Gate (West).
     - A l’extérieur, les bus utiles sont au nord, au pied du magasin PARCO. 
Prendre l'un des bus :
          - 9h25 ou 9h40 : Tokyu 34 situé à la station 14 en sortant de la gare. Descendre au 8e arrêt
深大寺小学校(horaires) Jindaiji-shougakkou puis marcher 600m.
          - 9h27 ou 9h40 : Odakyu 56 
à la station 13 en sortant de la gare. Prendre le bus diraction Mitaka station (
三鷹駅ゆき ) Descendre au 8e arrêt 深大寺入口 (horaires) Jindaiji-hiriguchi puis marcher 600m.



 - en voiture : compter 30 minutes depuis Shinjuku. Le Carmel dispose de très peu de
places de parking. Merci d'utiliser les parkings aux alentours.
 

 

Sainte Thérèse d’Avila (28 mars 1515 - 4 octobre 1582) Teresa de Ahumada est plus connue sous le nom de sainte Thérèse d’Avila ou encore, selon son nom de religieuse : Thérèse de Jésus.
Elle est née il y a 502 ans, et a vécu 77 ans, presqu’exclusivement en Castille, la région centrale de l’Espagne. Lorsqu’elle naît, l’Espagne est unifiée et l’Amérique est connue depuis 23 ans. Ses compatriotes ont les yeux et le coeur tournés vers ce « Nouveau Monde ». Elle a 4 ans lorsque Luther rompt avec Rome, 12 ans lorsque les troupes de l’Empereur d’Allemagne saccagent Rome et obligent le pape à se réfugier au Chateau Saint-Ange, 16 ans lorsque l’Angleterre d’Henri VIII se sépare de la communion catholique, 30 ans au début du Concile de Trente (et 37 ans à la fin), 34 ans lorsque saint François Xavier aborde au Japon, 56 ans lors de la bataille de Lépante et 57 pour la Saint Barthélemy. Elle est contemporaine de Charles Quint et de Philippe II d’Espagne, d’Ivan le terrible, tsar de Russie, de François Ier, Henri I, Charles IX et Henri III de France, de Rabelais et Ronsard, de Copernic, de saint Ignace de Loyola, de Véronèse et du Greco. Elle meurt le jour où entre en vigueur le nouveau calendrier — le nôtre —, dit « Grégorien » du pape Grégoire XIII, qui succède au calendrier « Julien » de Jules César.
Dans cette époque passionnante, elle est une passionnée de Dieu. Attirée par la vie des saints puis par les épopées des chevaliers de romans, elle donne tout son coeur au Christ dans la vie consacrée, à 18 ans. Elle devient en 1562, à 47 ans, fondatrice d’une réforme de l’ordre du Carmel, connue depuis comme le « Carmel thérésien », ou Ordre des Carmes et Carmélites déchaussés. Le Seigneur la fait progresser dans la voie de l’amour et de l’union avec le Christ et lui donne le talent d’en décrire la progression et les rejaillissements psychologiques dans des livres si neufs, vivants, justes et équilibrés que l’Église la proclamera en 1970 : Docteur de l’Église, première femme à recevoir ce titre partagé par 30 hommes avant elles, parmi lesquels saint Augustin, saint Bernard ou saint Thomas d’Aquin.
Les Carmels thérésiens ont fleuri de son vivant, où elle en fonde 16 en 20 ans, et se sont répandus ensuite, notamment en France, qui en a compté parfois plus d’un par diocèse. Ces monastères de petite taille où les soeurs vivent de leur travail et cultivent l’Union à Dieu et la charité fraternelle ont donné beaucoup de saints et de saintes, parmi lesquels saint Jean de la Croix, sainte Thérèse de l’Enfant-Jésus, sainte Teresa de los Andes, sainte Edith Stein. Les écrits de sainte Thérèse d’Avila (canonisée le 12mars 1622, en même temps que saint Ignace de Loyola, saint François-Xavier, saint Isidore le laboureur et saint Philippe Neri), ont été très tôt traduits en français. Ils ont influencé saint François de Sales, qui appartient à la génération suivante (né en 1567).
Le Carmel de Tokyo est issu du Carmel français de Cholet — qui fondera aussi en 1950 celui de Sébikotane au Sénégal ! Érigé à Yotsuya en 1933, il s’établit à Kamishakuji en 1934 et se déplace à Chōfu en 1959. Le bâtiment actuel a été construit en 2011. La première carmélite japonaise avait pris l’habit à l’âge de 20 ans à Cholet en 1930.
Il existe 8 autres carmels féminins au Japon et plusieurs carmels masculins. Les oeuvres de sainte Thérèse de l’Enfant-Jésus, publiées en France en 1898 ont été publiées en japonais en 1911. Aujourd’hui on peut lire dans cette langue les oeuvres de saint Jean de la Croix et de sainte Thérèse d’Avila.

Quelques textes de Thérèse d’Avila accessibles en ligne :
http://livres-mystiques.com/partieTEXTES/Avila/table.html
Catéchèse du Pape Benoît XVI sur sainte Thérèse d’Avila : http://www.vatican.va/holy_father/benedict_xvi/audiences/2011/documents/hf_ben-xvi_aud_20110202_fr.html
L’article Wikipedia n’est pas excellent, avec des interprétations scientistes, et passablement superficiel, mais il donne quelques dates et faits.