Premier martyr français au Japon, sur la colline de Nagasaki en 1637. 
 
Guillaume Courtet naquit à Sérignan (diocèse de Béziers) en 1590 et entra chez les frères dominicains à Albi. Il n'était pas encore prêtre qu'il fut chargé d'une chaire de théologie à l'Université de Toulouse, tant était grand son savoir. 
Son rêve était d'être missionnaire.
En 1634, il fût envoyé aux Philippines comme enseignant au collège saint Thomas et, deux ans après, au Japon, où sévissait la persécution. 
A peine débarqué avec Lorenzo Ruiz (un père de famille philippin), les deux compagnons seront arrêtés, jugés et condamnés à mort. Puis décapités et leurs corps, incinérés avant d'être jetés à la mer au large de Nagasaki.
 
A ses bourreaux qui s'étonnaient qu'il soit venu au Japon alors qu'il savait que la mort l'attendait, le Père Guillaume répondait que le but de son voyage n'était pas d'y laisser la vie mais d'y prêcher l'Evangile de Jésus-Christ, vrai Dieu.
 
Il fut béatifié en 1981 par Jean-Paul II à Manille et canonisé le 18 octobre 1987 à Rome.