Francois Ier

 

 

Depuis l'annonce du retrait du Pape Benoît XVI, puis son départ, nous avons ouvert nos cœurs devant le Seigneur, pour entrer dans son mouvement, et "sentir" avec Lui.
En accueillant le Pape François, nous ne changeons pas d'attitude. 
 
Nous le recevons comme un don de Dieu, fait d'abord à chacun de nous. 
Nous nous sentons invités fortement à estimer la limpidité dont il nous a déjà donné plusieurs signes. Avec lui, nous croyons que le regard est une composante essentielle du dialogue ; nous sommes encouragés à demander la prière de ceux que nous rencontrons, et à prier pour eux en leur donnant tout ce que le Seigneur nous a confié à leur intention. Nous savons que nous constituons l'Église, que nos lâchetés la ternissent et l'affaiblissent, mais surtout que notre fermeté humble dans notre propre réponse au Seigneur fortifie sa vie.
 
Nous le recevons comme un don de Dieu fait à son corps et à son peuple. 
Pour cela, nous ne nous arrêterons pas à ce qu'on dit de lui, mais nous l'écoutons et le regardons, avec le désir d'avoir le regard assez pur pour accueillir. Il ne se ramènera à aucun slogan ni à aucune abstraction. Dieu est Vie et Sagesse. Il est mouvement et nuances. Ainsi ceux qui lui sont reliés.
Comme Jésus, notre pape François sera admiré, ignoré et combattu. Il jettera le filet. Et le ramènera pour la joie ce ceux qui se laisseront rassembler.
 
Nous entendrons en lui la parole de Dieu.
Cette parole est invitation et promesse. Alliance qui répand une joie humble et fait foisonner la vie.
 
P. Loys de Saint Chamas +
Aumônier des catholiques francophones à Tokyo